Flammarion Québec

Contact
Titre, auteur, ISBN, mots-clés

LA FILLE QUI AIMAIT LES SCIENCES

Une histoire d'arbres et de vie

Hope Jahren

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Lucile Débrosse

Ce livre est une multitude. Il est une célébration du génie végétal qui changera à jamais votre façon de voir le monde. Il est le témoignage autobiographique intime et passionné d’une femme qui s’est battue pour devenir ce qu’elle est et s’imposer comme scientifique dans un monde dominé par les hommes. Il est aussi le portrait émouvant d’une indé-fectible amitié entre deux êtres surdoués et fragiles. La géobiologiste Hope Jahren y retrace son parcours, de ses premiers jeux dans le laboratoire de son père au Minnesota jusqu’à ses voyages de terrain avec Bill, son fidèle et brillant collègue, à travers les États-Unis, l’Irlande et la Norvège. Les histoires qu’elle raconte sont des preuves que la curiosité, le travail et l’enthousiasme peuvent déplacer des montagnes.

Viscéral, lumineux et plein d’humour, c’est un plaidoyer pour l’environnement sous forme d’invitation à l’émerveillement et à la connaissance.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Lucile Débrosse

Ce livre est une multitude. Il est une célébration du génie végétal qui changera à jamais votre façon de voir le monde. Il est le témoignage autobiographique intime et passionné d’une femme qui s’est battue pour devenir ce qu’elle est et s’imposer comme scientifique dans un monde dominé par les hommes. Il est aussi le portrait émouvant d’une indéfectible amitié entre deux êtres surdoués et fragiles.

Autobiographie | 416 pages | 15,2 x 22,9 cm | 29,95 $ (papier) | 21,99 $ (numérique) | 22,99 $ (audio)

22 août 2019

ISBN : 978-2-89077-882-5

« Chacun de nous est à la fois impossible et inévitable. Chaque arbre majestueux a d'abord été une simple graine qui a su attendre son heure. »

VIDÉO : Hope Jahren nous parle de son livre

Ce qu'on en dit

« Hope Jahren est la voix que la science attendait… claire, convaincante et sans compromis. » Nature

« Sincère, drôle, brillant. […] Jahren fait du genre autobiographique quelque chose de remarquable. » The Washington Post

Envoyez à un ami

255 caractères maximum

Envoyer